La crise

Une part importante des gens se contenterait d’un « minimum » d’argent pour vivre. Un minimum ne veut pas dire qu’ils se contenteraient de « peu » car il s’agit d’une « somme » non négligeable : une maison ou un appartement correct, dans un quartier plaisant, les moyens pour des loisirs, des vacances, une certaine qualité alimentaire et une petite touche de « luxe » sous forme de voiture, bijoux ou vêtements par exemple.

Si tout le monde se contentaient de ce « minimum » ça fonctionnerait probablement, c’est à dire que la totalité de l’argent en circulation, la masse monétaire donc, serait suffisante pour tout le monde. D’autant plus qu’elle serait presque entièrement « utilisé », comme « moyen d’échange », donc « échangée » contre des vacances, loisirs, denrées alimentaires, voitures, bijoux, vêtements, etc...

Le problème c’est qu’il y a une partie des gens qui ne fonctionnent pas comme ça, eux ils veulent avoir le plus possible d’argent, quelle que soit leur fortune, même immense, il ne seront jamais satisfait, et il n’y a aucun maximum... Ils gardent l’argent en tant que « chose de valeur », non plus comme moyen d’échange, ils l’accumulent, au moins en partie.

Et ça devient un problème, une crise donc, quand la somme de l’argent immobilisé comme « fortune » par certains devient trop grande et qu’il n’y a tout simplement plus assez d’argent en circulation pour que le système fonctionne. La masse monétaire n’est plus suffisante pour que les autres aient TOUS le fameux « minimum » et certains vont devoir se passer d’une partie de leurs dépenses, en commençant le plus souvent par ce qui n’est pas essentiel pour aller dans les cas les plus grave jusqu’au logement ou l’alimentaire...

Voilà c’est la véritable origine de la crise, ce sont des erreurs toutes très dangereuses « d’accuser les étrangers », « les jeunes qui ne se bougent pas assez pour s’en sortir », ou un « affaiblissement progressif de l’État-nation français » par exemple :(

Le gros problème c’est que la situation ne peut qu’empirer car il n’y a AUCUN système de redistribution… En effet on ne prend pas l’argent « de force » a qui que ce soit dans notre système, c’est un des fondement, et quiconque possède de l’argent à « le droit » de le garder, rien ne l’oblige à l’utiliser, à « acheter », sous le matelas même si ça nous chante, ça fait partie du « jeu », ce n’est pas interdit, même si à la base l’argent est fait pour circuler, pour échanger des « choses de valeurs », et pas pour être gardé en tant que « chose de valeur ».

Aucun système de redistribution donc ? Ce n’est pas tout à fait exact, en fait il y en a un.. c’est une solution bien connue à ce problème : créer de l’argent, la fameuse planche à billets (remise au gout du jour). Ca permet de « redistribuer » un peu d’argent neuf là où il n’y en a presque plus. Ce nouvel argent est dépensé par l’état pour ses « frais de fonctionnements », donc il « arrose » toute la population, directement ou indirectement. En plus l’état ne s’endette pas pour le produire, bref, comme l’état c’est tout le monde, c’est équitable et très sain.

Le hic c’est que ceux qui ont accumulés l’argent n’aiment pas ça du tout, car même si c’est fait de façon raisonnable, ils ressentent ça comme un « appauvrissement », et en substance c’est vrai, après une émission monétaire ils possèdent une « part » moins importante du « gâteau ». Alors eux ils veulent zéro « nouveau billet » !! c’est tout ! ils le disent, haut et fort, et comme ils possèdent les médias on les entend bien. Ils disent que la planche à billets utilisée « massivement », « sans compter », provoque des catastrophes, comme dans les républiques « bananières », et c’est vrai, il faut bien le reconnaître, et puis toute chose faite avec excès est mauvaise de toute façon, mais ils se gardent bien de dire que si c’est fait de manière « raisonnable » c’est bénéfique, salutaire même !!

Ils rallient des économistes à cette cause extrémiste et tout le monde finit par y croire.. même les pauvres !! c’est le comble :( ils possèdent les médias alors ils ont une influence importante... Le pire c’est qu’ayant également une influence importante sur le pouvoir ils ont réussi à limiter légalement cette pratique de la « planche à billets » en 1973, c’est la loi dite Pompidou-Giscard-Rotschild.. ça en dit long… En 1993 ce fut complètement interdit au niveau national.. et puis carrément interdit à l’international avec l’article 104 du traité de Maastricht repris par l’article 123 du traité de Lisbonne... Riches de tout les pays unissez-vous ! :|

Cerise sur le gâteau : non seulement les états ne produisent plus d’argent pour leurs dépenses en « ré-équilibrant » les « écarts de fortunes » mais en plus ils doivent emprunter à la place !!.. et à qui les états empruntent t’ils ? mais à ceux qui ont tout cet argent qui ne leur sert pratiquement plus a rien !! ce qui leur fait gagner des intérêts (gigantesques) et accélère leur enrichissement... Tout est fait pour que l’argent soit « fructifié » comme on dit, l’enrichissement de ceux qui ont de l’argent est inévitable, c’est une machine infernale, la « crise » empire donc de plus en plus.

On se demande presque comment ils ont réussit à faire gober ce « système » à tout le monde :o c’est presque incroyable...

A force le système présente de graves carences, il y a de moins en moins d’argent pour le faire fonctionner, pour « échanger ». La production n’est plus acheté, donc elle régresse, il y a des fermetures d’entreprises, des licenciements, une hausse du chômage, les pauvres sont de plus en plus pauvres et les riches de plus en plus riches, il n’y a pas d’autre évolution possible... Jusqu’au moment ou les conditions de vie d’un nombre trop important de gens deviennent insupportables et que l’ordre public soit menacé...

Ce n’est pas la première fois que ça arrive, et à ce moment si le peuple prend les choses en mains c’est la révolution... Si c’est ceux qui possèdent l’argent, les médias et influence le pouvoir qui prennent les devants, comme c’est le plus souvent le cas, alors c’est la guerre :(

 
 
 

Publicités

17 réflexions sur “La crise

  1. Curieuse approche de l’économie et de la monnaie.
    L’Etat français (au sens large) s’accapare quand même plus de 45% du PIB en impôts, taxes et charges sociales de tous ordres, sans le consentement explicite des citoyens. Il y a donc factuellement spoliation (captation des revenus au-delà des justes fonctions régaliennes).
    L’Etat, toujours au sens large, redistribue 57% du PIB : il y a bien redistribution (je vous laisse chercher d’où vient la différence entre les deux pourcentages).
    Avec près de la moitié de la richesse produite par les entreprises, les salariés, les artisans et commerçants capté par l’Etat on est déjà bien au-delà de ce que vous attendez.
    Avec 60% de la richesse produite redistribuée par ce même État on est loin, bien loin des prétendues politiques d’austérité.
    La planche à billet ne crée pas de richesse, elle divise juste la valeur faciale de chaque unité monétaire. Seuls les fous l’utilisent encore. Et nos politiciens sont tous fous (avides de dépenser l’argent qui n’est pas le leur, quitte à emprunter durant des décennies sans se soucier de qui remboursera).
    Bref, article intéressant, mais peu corellé avec la réalité. En revanche, correspondant un une perception largement répandue, prônant étatisme, interventionnisme, égalitarisme, etc.
    Je n’adhère pas.

  2. L’état Français prend peut-être 45 % du PIB en impôts mais ce n’est pas un problème s’il le redistribue entièrement. Tant que l’argent circule il n’y a pas de problème. Le problème c’est quand l’argent s’accumule dans les poches de quelque uns et n’en sort plus (au moins en partie) du coup l’économie fini par en en manquer et étouffe littéralement.

    La seule solution, comme on ne reprend pas l’argent a ceux qui l’on gagné, c’est d’en créer du nouveau, du coup la fortune de ceux qui le garde perd de la « valeur » d’une certaine façon… Mais attention ça n’est pas parfait, en effet ceux qui possède énormément d’argent ont des moyens tout à fait au point pour le faire « fructifier » et en gagner encore plus, donc ce nouvel argent que l’état mettrait « en jeux » serait rapidement capté à nouveau :(

    En général la seule solution pour sortir de cette impasse c’est de faire une guerre. Là, comme tout est cassé, tout est « à redistribuer » on peut dire… :(

    Mais dernièrement un nouvel espoir à vu le jour pourtant, une solution a laquelle je n’aurais jamais osé rêver quand j’ai écris cet article, ce sont les taux négatif que nos gouvernant ont mis en place dernièrement ! :) Une solution fantastique !! ceux qui possède de l’argent en ont de moins en moins… Il sont OBLIGE de s’en servir !! :) C’est comme le soleil qui se lève sur un nouveau monde… Si ça marche…

    Mais ça veut dire autre chose encore : ils ne veulent pas d’une guerre ! et c’est une première dans l’histoire de l’humanité ! Pourvu que ça dure.

  3. « L’état Français prend peut-être 45 % du PIB en impôts mais ce n’est pas un problème s’il le redistribue » entièrement. »
    Si, c’est un problème car il le prend en excès a des gens et des entreprises qui sont les seuls à créer des richesses et du progrès dans le pays, pour le redistribuer « généreusement » à sa base électorale moins productive (fonctionnaires, oisifs, etc). Donc, mécaniquement, il se passe deux choses :
    – ceux qui bossent ont moins envie de bosser à la place et pour le compte des parasites (dans le sens fourmis et cigales de la fable)
    – l’Etat utilisant l’argent sans souci d’efficacité et de progrès économique ou social entretien un appauvrissement systématique de la société.

    « Tant que l’argent circule il n’y a pas de problème. »
    Faux, cette affirmation n’a aucune base réelle en économie, mais il est vrai qu’elle est largement propagée par la presse…

    « Le problème c’est quand l’argent s’accumule dans les poches de quelque uns et n’en sort plus (au moins en partie) du coup l’économie fini par en en manquer et étouffe littéralement. »
    Faux également. L’argent n’est pas dans les « poches » de quelques-uns, ça, c’est le fantasme de Thomas Piketty qui a été démontré faux et biaisé depuis sa publication.
    Quand un « riche » accumulé, comme vous dites, en fait son argent est sur des comptes bancaires, rarement sous forme de bijoux ou de pièces d’or, que l’on pourrait en effet accumuler.
    Dès lors, il faut le comprendre, l’argent est prêté à la banque : on croit que c’est « notre argent » qui est inscrit au bas de nos extraits de compte, alors que c’est juste une dette que la banque à envers nous.
    Du coup, la banque dispose ainsi de fonds (l’argent des déposants constitue ainsi une partie de ses fonds propres, donc de sa richesse à elle).
    Ceci permet à la banque de prêter cette somme a des personnes, des entreprises, des États qui en auraient besoin.
    En fai la banque prête entre 10 et 30 fois le volume des dépôts.
    Ainsi, plus les riches « accumulent », plus l’économie tourne bien !

    Mais il est vrai qu’on apprend pas ça a l’école, hormis dans certaines filières après le bac, et que même là, souvent, le message est biaisé par des enseignants socialistes endoctrinés.
    Les médias de gauche (donc presque tous) entretiennent aussi des fantasmes, mais pourtant les faits, les chiffres, les mesures et les analyses existent en très grand nombre pour déconstruire ces idées fausses.

    Je crains que vous n’ayez une vision déformée de l’économie, de ce qu’est la monnaie, la création de richesse, etc. Mais c’est hélas le lot de presque tous nos concitoyens…

    Merci pour l’échange, que l’on peut poursuivre si ça vous dit…

  4. Je ne vois pas très bien comment peut-on encore aujourd’hui nier le fossé devenu gigantesque entre les riches et les pauvres sur la planète… Il n’y a qu’une explication : on s’y est habitué au point de le nier ! :o Mais c’est assez remarquable quand même…

    Non soyons sérieux il n’y a aucun doute, l’argent est bien accumulé, « concentré » en fait c’est plus juste comme terme, sur des comptes de milliardaires en tout genre ou bien de groupes de personnes rassemblés sous une forme juridique : sociétés, multinationales, banques d’investissement, hedge fund, fonds de pension, etc…

    Là où vous avez raison c’est qu’en effet ces sommes énormes d’argent qui se trouvent sur ces comptes constituent souvent dans un premier temps des réserves obligatoires et servent donc de base au prêts que les établissements cherchent à accorder. Mais le problème c’est que plus personne ne peut emprunter ! Tout le monde est surendetté… Même les états, on commence à le savoir…

    Résultat de plus en plus « d’organisme » se retrouve avec des réserves bien supérieures au taux minimum obligatoire, et donc ça devient de l’argent inutile pour eux, des sommes de plus en plus importantes…

    Mais ça ne reste pas inutilisé longtemps, parce que bien sûr ils ont trouvé une autre idée : ils spéculent sur les marchés monétaires internationaux, en substance ils achètent des monnaies étrangères et ils les revendent plus tard… Le FOREX a vu ses volumes littéralement exploser ces dernières années…

    Et ça devient de l’argent qui sert a acheter de l’argent, de l’argent qui ne sert à rien du tout en fait donc :( C’est fou quand on y pense…

    Heureusement, les états ont frappé fort et ils ont sorti les taux négatifs !! :) Je peux vous dire qu’en ce moment le monde de la finance ressemble a une fourmilière dans laquelle on a donné un coup de poing : ça cavale dans tous les sens en pleine panique ha ha :))

    Ca fait plaisir, certes, mais il faut garder la tête froide, les fortunes quelle qu’elle soit ont des conseillers parmi les plus intelligents, formés dans les meilleures écoles et ils trouvent malheureusement presque toujours des parades qui donnent des résultats pires que le problème d’origine qu’on cherchait à « corriger »… :((

    Mais bon.. pour l’instant, on est sur la bonne voie quand même ! :)) ;)

  5. Quelques réponse en quelques épisodes…

    « Je ne vois pas très bien comment peut-on encore aujourd’hui nier le fossé devenu gigantesque entre les riches et les pauvres sur la planète… Il n’y a qu’une explication : on s’y est habitué au point de le nier ! :o Mais c’est assez remarquable quand même… »

    Oui, le fossé entre riches et pauvres est devenu considérable. Au sein d’un même pays tout comme entre les pays. Mais l’origine de ce phénomène est encore une fois bien connu.
    Il y a encore 150 ans la majorité de la population mondiale était pauvre, voire même très pauvre. Pas ou peu éduquée. Avec une mauvaise alimentation. Et des perspectives d’avenir plutôt sombres.
    Depuis la révolution industrielle les choses ont changé. Globalement, la population mondiale est très largement moins pauvre, est mieux alimentée (la faim touche encore beaucoup de monde, mais de moins en moins chaque année), mieux éduquée.
    Certains pays, essentiellement en Afrique, n’ont pas encore suivi la progression sociale et économique que nous avons suivi : c’est ça, la cause des inégalités de richesse ente les pays. Non pas que les pays riches le sont au détriment des pauvres, c’est encore une légende sans fondement mais coriace. Mais les pays pauvres n’ont pas progressé à la même vitesse. Cependant ils sont tous (a quelques exception près) sur la voie du développement.
    L’explication est simple, elle est bien connue, elle est incontestable. Mais elle n’est pas vendeuse : nos dirigeants et nos enseignants cherchent désespérément à nous culpabiliser et à nous contraindre à réduire les inégalités. C’est stupide : ces inégalités sont juste celles de la différence de rythme de croissance. Contrairement à ces idées reçues, aucun pays, pas même les USA, n’en maintient d’autres en situation de pauvreté ou de faine de façon délibérée.
    Encore une fois, si la plupart des gens partagent votre point d vue, c’est faute d’avoir étudié sérieusement la question : se contenter des reportages choc de la TV ou des articles racoleurs de la presse française est plus facile, plus rapide, nécessite moins d’effort de réflexion et de compréhension.

    Alors non, il n’y a pas plus d’inégalité entre pauvres et riches par la faute des pauvres.
    La richesse des nations et des sociétés ne vient que d’une chose, depuis la nuit des temps : de l’enrichissement de certains qui profite aux autres.
    Jamais un gouvernement n’a créé une quelconque richesse, ni réduit la pauvreté en aplanissant les inégalités : seule la société civile parvient à faire ça.
    Le socialisme n’a jamais enrichi durablement un pays. Jamais. Nulle part. Le libéralisme si.

  6. « Non soyons sérieux il n’y a aucun doute, l’argent est bien accumulé, « concentré » en fait c’est plus juste comme terme, sur des comptes de milliardaires en tout genre ou bien de groupes de personnes rassemblés sous une forme juridique : sociétés, multinationales, banques d’investissement, hedge fund, fonds de pension, etc… »

    Que vous n’ayez aucun doute là dessus en fait juste une conviction profonde, mais ce n’est pas la vérité. Un peu de recherche sur Internet vous éclairera facilement sur le sujet. La prétendue accumulation de l’argent par les riches (personnes, entreprises, sociétés financières, etc.) est juste une fantasme, un hochet que nos politiciens de gauche agitent sous nos yeux, afin de les détourner de leurs pratiques scandaleuses d’endettement massif et de dépenses incontrôlées…

  7. « Là où vous avez raison c’est qu’en effet ces sommes énormes d’argent qui se trouvent sur ces comptes constituent souvent dans un premier temps des réserves obligatoires et servent donc de base au prêts que les établissements cherchent à accorder. Mais le problème c’est que plus personne ne peut emprunter ! Tout le monde est surendetté… Même les états, on commence à le savoir… »
    En fait, il n’y a jamais eu autant d’emprunts qu’aujourd’hui, en France et à peu près partout dans le monde. Particuliers et entreprises empruntent en ce momement même plus que jamais, avec des taux ridicules. Les États, dont la France, empruntent de plus en plus.
    Oui, tout le monde est surendetté, et les États donnent l’exemple en empruntant chaque année plus, pour rembourser leurs dettes passées. Ce mécanisme financier s’appelle une cavalerie. Pour un particulier ou une entreprise, même une banque, ça ouvre grand les portes des prisons. Pas pour les États !

  8. « Résultat de plus en plus « d’organisme » se retrouve avec des réserves bien supérieures au taux minimum obligatoire, et donc ça devient de l’argent inutile pour eux, des sommes de plus en plus importantes… »
    Faux : toutes les banques sont dans le même État : elles ont toutes prêté beaucoup trop par rapport aux dépôts qu’elles détiennent. Allez jeter un œil sur le site de Jean-Pierre Chevallier (Chevallier.biz, avec deux ‘L’). C’est ardu mais c’est explicite : plus aucun organisme ne détient de l’argent en masse, c’est même très largement le contraire. D’où les taux négatifs… Vous manquez de sources sérieuses en matière de politique monétaire, et ce n’est pas Cash Investigation qui va vous éclairer…

  9. « Mais ça ne reste pas inutilisé longtemps, parce que bien sûr ils ont trouvé une autre idée : ils spéculent sur les marchés monétaires internationaux, en substance ils achètent des monnaies étrangères et ils les revendent plus tard… Le FOREX a vu ses volumes littéralement exploser ces dernières années… »
    Oui, c’est vrai que le FOREX flambe. Mais ça ne date pas d’hier. A la fin des années 80, quand le MATIF a été ouvert à la Bourse de Paris, la situation monétaire française était moins malsaine qu’aujourd’hui. Je formais les agents de change à l’usage des tableurs : ils étaient littéralement fous des perspectives offerts par le marché des instruments financiers. C’est leur métier. C’est grâce à ça, en partie, que nos retraites fonctionnent, que les livrets rapportent, que les comptes bancaires sont quasi gratuits (au regard d’autres pays).
    Le FOREX n’est qu’un aspect de la situation, mais à l’échelle globale il ne constitue pas un problème car il ne crée pas de richesse : c’est un jeu à somme nulle.

  10. « Heureusement, les états ont frappé fort et ils ont sorti les taux négatifs !! :) Je peux vous dire qu’en ce moment le monde de la finance ressemble a une fourmilière dans laquelle on a donné un coup de poing : ça cavale dans tous les sens en pleine panique ha ha :)) »
    Ce ne sont pas les États qui ont sorti les taux négatifs, ce sont les banques centrales (FED, BCE).
    La panique n’est pas du côté du monde de la finance, qui n’a qu’un seul rôle : fournir des instruments et des outils. Les taux négatifs permettent juste aux États de continuer à dépenser plus qu’ils ne le peuvent, avec de l’argent gratuit.
    Ça panique dans les ministères un peu partout car cette situation est intenable.
    Le taux d’intérêt, depuis la nuit des temps, est un moyen simple qui permet à celui qui a épargné de renoncer temporairement à son argent au profit d’un autre qui veut consommer immédiatement. Le prix de ce service est le taux d’intérêt. Il « récompense » la fourmi et est payé par la cigale.
    Quand ce n’est plus le marché libre qui détermine son taux, mais que celui-ci est fixé par une banque centrale, pour des raisons politiques, le marché est faussé.
    Actuellement, celui qui a de l’épargne ne peut plus prétendre à un taux d’intérêt quelconque. Il ne la laisse donc plus en banque, mais la place en immobilier (cash, sans emprunt), en or physique, en grand vin, en œuvre d’art, et parfois en capital productif en achetant une entreprise ou en en créant une.
    L’époque des spéculations boursières est en passe d’être révolue tant la politique s’immisce dans la vie des entreprises (il n’y a qu’ voir les cas Alstom).
    Ce n’est encore une fois pas un problème de riches trop riches, ou d’inégalités. C’est un problème lié à nos gouvernements qui dépensent sans compter, sans se soucier de qui paiera : ils seront morts ou à la retraite depuis longtemps quand ça va s’effondrer.

    Pour corriger ces problèmes qui sont tous d’origine politique, la seule solution efficace et durable, qui favorise la population, l’augmentation du niveau de vie mondiale, la diminution des inégalités par le haut (et pas par le bas comme en France) est que les États, le notre en particulier, cessent d’intervenir dans la vie économique. Ils se sont tous, toujours trompé. Il n’existe aucune exception connue dans l’histoire.
    Alors que la totalité de l’évolution sociale, sociétal es et économique mondiale est entièrement due aux entreprises, aus salariés qui y travaillent, aux dirigeants qui les font tourner.

    Cessez de lire la presse à sensation en ce qui concerne l’économie. Lisez Frédéric Bastiat. Lisez « La route de la servitude » de Hayek. Le monde n’est pas du tout celui que vous décrivez. Ne me croyez pas sur parole, bien que je connaisse bien ces sujets : faites-vous votre propre opinion. C’est du travail, mais ça vaut vraiment le coup.

    Merci de votre patience si vous m’avez lu jusqu’ici…

  11. Je ne comprends pas très bien, vous reconnaissez que « le fossé entre riches et pauvres est devenu considérable » mais puisque « l’origine de ce phénomène est bien connu » alors ce n’est pas un problème ? :)))

    Pour faire simple : si « le fossé entre riches et pauvres est devenu considérable » c’est que l’argent est donc « concentré » à certain « endroit » (beaucoup plus qu’il ne le devrait). Et c’est un problème (que je développe dans l’article donc, je ne vais pas recommencer ici)

  12. Je reprend mon commentaire précédent : si « le fossé entre riches et pauvres est devenu considérable » c’est que l’argent est donc « concentré » à certain « endroit » (beaucoup plus qu’il ne le devrait).

    C’est une relation logique.. (simple :) ) Pas une conviction ;)

  13. Bon ici on est d’accord apparemment, il n’y a en effet jamais eu autant d’emprunts que ces dernières années, de la part des états, des particuliers ou des entreprises, tout le monde est donc surendetté et plus personne ne peut emprunter… Cette solution pour faire fructifier l’argent est « momentanément indisponible » on va dire :))

  14. Oui c’est en effet le cas des « banques », mais sachez que l’argent des banques n’est qu’une relativement petite partie de la monnaie en circulation (surtout depuis la crise des subprimes) nettement inférieure à celle des « organismes », groupement de particulier ou d’entreprise (ou des deux).

    Et ces « organismes » (de formes juridiques très variés) disposent de fonds gigantesque et cherche a le faire fructifier, évidement, pour en avoir encore plus, donc il cherche a le prêter, mais comme nous en avons convenu, plus personne ne peux se le permettre. Alors elles se tournent vers le marché des change.

  15. Haaa ici on est complètement d’accord donc (et j’en suis fort aise car c’est le coeur de mon propos) : le FOREX, les spéculations sur les monnaies, est un « jeu à somme nulle » !!

    Et oui, tout cet argent, dans toutes les devises du monde, qui s’échange entre elles c’est en fait de l’argent immobilisé !! inutile ! détourné de son rôle initial… Et ce sont des sommes fantastique qui se « jouent » littéralement sur ces marchés en ce moment…

    Des sommes inimaginable : on parle d’un quart de la totalité de l’argent de la planète qui s’amuse à ce petit jeu… Pendant que des gens cherchent du boulot et n’en trouve pas… :(

  16. « Ce ne sont pas les États qui ont sorti les taux négatifs, ce sont les banques centrales » !!! :))) :D

    Ha ha alors là c’est drôle (et curieux) de la part de quelqu’un qui semble être « au courant » :))) Et bien apprenez puisque vous semblez sincère, que la banque centrale n’est pas indépendante en réalité !! :)) Et oui elle obéit au doit et a l’œil à nos dirigeant ! :) Je peux vous dire que si elle ne fait pas EXACTEMENT ce qu’on lui dit elle va se faire taper sur la tête ! :)) non je rigole mais bon, je vous assure que la banque centrale fait ce qu’on lui dit de faire, elle n’est pas plus indépendante que la FED ou que ma fille qui joue a me donner des ordres quand elle se déguise en princesse ha ha :)))…

    Mais plus sérieusement, je vois bien dans votre discours que vous êtes un libéral convaincu :) Vous croyez qu’il faut laisser le marché libre et qu’il va se « réguler » « tout seul » ?.. Et ce pour le plus grand bien de tous !

    Mais voilà, sachez que c’est un jeu truqué, vous croyez que le marché va réguler équitablement toute les faiblesses pour rendre l’ensemble plus fort ? et c’est alors que toute la finance internationale d’investissent se ruine par avidité dans les subprimes, et cette grande donneuse de leçon sur le libéralisme qui « s’autorégule » vient PLEURER, pire qu’un SDF dans le métro… Même la City ! la grande City de Londres, l’un des plus grand symbole de la finance « libérale », elle pleurnichait comme les autres pour qu’on la sauve d’une mort certaine !! :(

    Et on l’a fait.. on les a « sauvé » oui… :( et les revoilà, les mêmes, aujourd’hui, presque tous, requinqués, ils recommencent à donner des leçons sur « l’autorégulation du marché » ! ils n’ont pas honte !! Mais ils n’ont pas été « régulé » eux quand il ne valait plus rien, ils ont zappé cette « partie » quand il s’agissait d’eux ! Ils sont à nouveaux sur les rails et grâce à nous en plus, nous qui ne bénéficieront jamais d’un tel régime je peux vous l’assurer. Ils doivent bien se marrer :))

    Bref, nous ne sommes simplement pas d’accord :) et ce n’est pas grave, nous n’allons pas refaire le monde, ni moi, ni vous. Inutile de se disputer. Restons en là ;)

  17. OK? Restons-en la. Vous êtes dans l’erreur sur les banques centrales. L’absence de régulation est toujours plus efficace que l’interventionnisme (le commerce maritime n’est pas régulé par un organisme centralisé ou par les États. Idem pour le traffic aérien. Idem pour Interne.).
    Les libéraux n’ont jamais été au pouvoir.
    Les supprimes sont issus de la politiques de prêts garantis par l’Etat americain, pas par une absence de régulation ou par un abus des systèmes bancaires.
    Bref, restons-en la, vos convictions sont trop profondément ancrées, sans argument construit hormis ceux que vous lisez dans votre presse favorite.
    Dommage.
    Merci cependant pour l’échange, qui m’a un instant donné l’illusion de pouvoir être constructif pour chacun de nous.
    Mais la doctrine socialiste est trop forte, je renonce. .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s