Les drogues

Il y en a beaucoup. Mais celles qui m’intéressent ici sont les plus dangereuses (et les plus répandues) : les drogues à bonheur, celles qui procurent du plaisir « directement ». Les principales sont : cocaïne, héroïne (ou crack), opium, amphétamine (ou extasy), alcool.

Si on a bien compris mon postulat de base, donc la contrainte de ressentir autant de « joies » que de « peines », on comprend facilement pourquoi ces drogues sont très dangereuses et le problème s’explique presque de lui même et tout simplement : les gens qui sont « accros » aux drogues à bonheur sont toujours en grand déséquilibre il ont une très grande tension émotionnelle dans le sens de la très forte sensibilité à la peine, c’est terrible, et dès qu’ils arrêtent de prendre la drogue à laquelle ils sont « habitué » il se sentent rapidement très mal et sont tentés d’en reprendre… Etant donné qu’ils sont déjà presque au maximum de la tension, le fait de reprendre de la drogue à ce niveau ne leur procure presque aucun plaisir. Par contre ça leur évite de souffrir, donc ils ne ressentent presque rien.. tant qu’ils prennent leur produit… (tu parles d’une affaire prendre de la drogue pour finalement, en substance, se sentir « normal »). C’est simple, terrible, et c’est pour ça que ça marche si bien.

Comment arrêter ? en supportant la douleur du retour au point zéro. Mais comme ils viennent de très haut ça fait très mal… C’est le « sevrage » (la contrainte d’équilibre était connue à « demi-mot » depuis longtemps avec ces drogues..) S’ils arrivent à supporter de souffrir suffisamment, en fait autant qu’il ont eu de plaisir (et oui l’équilibre..) alors ils sont de nouveau « dans la zone » du point zéro. MAIS c’est sans compter l’inertie des sensations et la difficulté de se stabiliser autour du point zéro quand on a eu de « grande » émotions… Et lors des nombreuses « oscillations » autour du point zéro, bien sur aux moments ou ils « souffrent » ils sont extrêmement tentés de reprendre la drogue… Ca dure longtemps et c’est difficile mais c’est possible bien sur !

Les drogues à plaisir sont vraiment à éviter, ou en tout cas, pour le coup, il est primordial de bien avoir à l’esprit la contrainte d’équilibre et d’accepter la « peine » correspondante qui s’en suit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s